A A A

SECUNEWS ABSL

Quelle que soit sa valeur artistique, le tag ou le graffiti réalisé sans l’accord du propriétaire des lieux est considéré comme un acte de vandalisme et tombe dès lors sous la loi qui régit la dégradation volontaire d’un bien. Les études et le partage des bonnes pratiques ont démontré qu’il existe des combinaisons d’actions efficaces dans la lutte contre les tags et graffitis. C’est d’ailleurs dans ce sens que s’engagent les programmes locaux détaillés lors d’un précédent article.

Comment bien réagir lorsqu’on est interpellé par une personne visiblement très nerveuse, qui nous invective et nous fait des reproches sur un ton violent ? L’agression verbale est traumatisante et prend souvent au dépourvu : on est choqué, parfois tétanisé ou le premier réflexe sera de répondre sur le même ton … Dans la plupart des cas, il est possible de gérer ce moment critique par le verbal et d’éviter la confrontation physique.

La présence depuis les années ’90, sur le continent européen, des réseaux mafieux originaires de l’ex-URSS n’est pas due au hasard. Ce que l’on nomme communément le Russian Based Organised Crime (RBOC) a progressé dans nombre de pays de l’UE en deux phases : la première décennie, les organisations russes veulent s’imposer dans les entreprises et trafics criminels classiques, ensuite ils se redéployent dans un rôle d’appui et d’intermédiaire discret mais néanmoins puissant pour les autres gangs actifs en Europe. Et cette position «stratégique» est toujours leur option aujourd’hui. 

Nous avons abordé précédemment la fraude au président sous plusieurs aspects : les modes opératoires, ses auteurs et victimes, ainsi que la nature des nombreuses transactions financières qui suivent la commission du délit. Mais que fait la police ? Pour répondre à cette question, nous conclurons ici par les mesures adoptées par la police belge au niveau de la sensibilisation auprès des cibles potentielles, mais également de son travail dans une matière complexe et bien souvent transfrontalière.

En organisant cette journée de réflexion en collaboration avec l’INCC, le Centre d’études sur la Police (CEP) donne l’occasion aux membres des forces de l’ordre ainsi qu’aux magistrats, responsables pénitentiaires, fonctionnaires des douanes et officiers d’état civil notamment,  de passer en revue toutes les facettes liées à l’identification d’un individu, les processus de validation, les notions juridiques, les techniques et pratiques actuelles des services spécialisés en la matière.

Vers qui se tourner lorsque le jeune ne répond plus à l’appel ? Où déposer ses inquiétudes ? Sont-elles fondées ? Quelles démarches entamer, et quand ? Amorce de réponses dans ce second article, le premier ayant quant à lui analysé la fugue proprement dite : pourquoi fuguer, quels signes avant-coureurs, la différence entre fugue et disparition inquiétante ?

Lors d’un précédent article, nous avons pu examiner les conditions générales d’application de la légitime défense de l’article 416 du Code pénal. Pour rappel, la légitime défense ne peut être invoquée qu’en cas de défense proportionnée à une agression actuelle ou imminente, injuste et contre les personnes, en l’absence de tout autre moyen raisonnable de protection.

ibz logoFR BANNER RIGHT 2Gouv CPompiers bottomPLPCE bottom