Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Autre type de criminalité

Chaque année, Europol publie son rapport sur la situation en matière de terrorisme au sein de l’Union européenne. Et cette année encore, le rapport TE-SAT 2011 (référence ci-dessous) souligne la réduction du nombre d’attaques terroristes répertoriées en 2010. Leur nombre a en effet baissé de 21,2% en 2010 par rapport à 2009 pour s’établir à un total de 249 actions, une diminution qu’Europol attribue à une diminution significative d’opérations menées par l’ETA en Espagne, par le FLNC en Corse mais également par les groupes islamistes (3 attaques terroristes sur 249 !). Ces actes liés au terrorisme ont été perpétrés dans 9 Etats membres et ont causé la mort de sept personnes.

Ils ont pour noms Sinaloa, Juarez, Tijuana, La Linea… Actifs au Mexique depuis une quarantaine d'années, les cartels de la drogue sont aujourd’hui devenus puissants et violents, au point de mettre à mal l’état de droit et la démocratie dans ce pays qui se situe aux portes des Etats-Unis. Depuis 2006, ce sont des dizaines de milliers de personnes qui ont perdu la vie dans la guerre que se livrent les narcotrafiquants entre eux, et au cours de leurs affrontements avec les forces de police. Les autorités mexicaines semblent impuissantes à rétablir l’ordre, malgré 40.000 policiers et militaires mobilisés à l’échelle du pays, en particulier dans la ville frontalière de Ciudad Juarez, où plus de 1.600 homicides ont été commis en 2010.

En dépit d'une baisse de sa consommation vers la fin des années 1990 et le début des années 2000, l'héroïne représente encore, au sein de l'Union européenne, la part la plus importante de la mortalité liée à la consommation de drogue. Le point sur l’évolution du marché mondial des opiacés avec l’Office contre la drogue et le crime des Nations Unies (UNODC).