Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

SECUNEWS

Dans un précédent article, nous vous avions expliqué les missions de l’Observatoire pour la sécurité routière de l’IBSR. L’Observatoire propose notamment des mesures de comportement pour mieux comprendre l’évolution de la sécurité routière dans notre pays. Ces mesures de comportement sont en fait réalisées en suivant une méthodologie stricte qui permet d’objectiver les résultats.

Sommes-nous, pour paraphraser le dernier rapport annuel publié par l'éditeur de logiciels de sécurité Symantec qui relève l’évolution des principales menaces informatiques de l’année écoulée, socialement conçus pour cliquer «ici» et nous laisser piéger par les cybercriminels ? La réponse, sans nul doute, est contrastée : si les attaques massives par courriels (spams) enregistrent une baisse réelle dans la plupart des pays où le Web est très développé, trop d’utilisateurs continuent de faciliter la vie des cybercriminels.

Quel citoyen européen connaît parfaitement ses droits lors d’une arrestation ? Qui n’ignore pas que toute personne ayant commis une infraction pénale peut bénéficier des conseils d’un avocat ou d’un interprète ? Or il s’agit de droits fondamentaux, inscrits dans la Convention européenne des droits de l’Homme et confirmés par la Cour européenne des droits de l’Homme.

Régulièrement, les médias s’attardent sur la remise en liberté d’un mineur délinquant, s’insurgeant parfois contre le système de la justice des mineurs qui relâche ces jeunes sans même les avoir punis. Lorsque le complice est majeur et qu’il est, lui, en détention préventive, le grand public peut avoir un sentiment d’incompréhension face à cette différence de traitement.

Quand on demande à un conducteur lambda d’expliquer la réglementation en matière de vitesse, on se rend vite compte que des lacunes existent. Pourtant, il s’agit là d’un des points essentiels du code que tout conducteur devrait connaître (et appliquer…).

Se penchant sur le marché de la cocaïne en Europe, l’Observatoire européen des Drogues et des toxicomanies (OEDT) et Europol décrivent précisément, dans une récente analyse intitulée Cocain : A European Union perspective in the global context, les différentes composantes de la problématique : production, trafic, routes empruntées, personnes impliquées, etc.

L’usage de drogues en prison représente un véritable fléau que nous avons décrit brièvement dans une première nouvelle. Mais comment les produits stupéfiants rentrent-ils dans les établissements fermés et quelles solutions mettre en place?

ibz logoFR BANNER RIGHT 2Gouv CPompiers bottomlogo FBPSU FR 250