Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Sécurité: Acteurs et cadre réglementaire

Créé en 2003 – moins de deux ans après les attentats sur les Twin Towers –, le système central d'interception technique (Central Technical Interception Facility ou CTIF) de la police fédérale effectue une moyenne de 400 écoutes par mois (3.603 en 2007, 4.881 en 2008). Coût annuel des écoutes : 4 millions d’euros, auxquels il convient d’ajouter 17 millions pour couvrir les frais de justice, l'enregistrement du trafic téléphonique entrant et sortant, l'activation de l'écoute, l'observation et l'identification des numéros suspects, etc.

Le FBI est en réalité le principal service de police fédérale compétent pour tous les territoires des Etats-Unis. Il bénéficie en outre de compétences élargies et constitue dans le même temps, un véritable service de renseignement et de sécurité intérieure.
Il est bon de préciser que les Etats-Unis disposent de pas moins de 15 agences de renseignement en tout, dont les attributions se chevauchent parfois.

En 1996, l’affaire Dutroux marqua un tournant dans l’histoire du DVI ou Disaster Victim Identification Team. Alors que ses missions initiales consistaient à identifier les victimes de catastrophes ou d’accidents, le team fut expressément chargé de procéder à la recherche de restes humains. Le necrosearch était né. Il s’agit de la localisation et de l’exhumation de victimes de meurtres ou d’homicides qui ont été enterrées ou cachées par l’auteur ou les auteurs. 

Peu ou mal connue du grand public, la Sûreté de l’Etat dépend directement du ministère de la Justice, tandis que son pendant militaire, le Service général de renseignement et de sécurité (SGRS) dépend, quant à lui, du ministère de la Défense.

A la suite des deux premières nouvelles sur l’enquête de police (Recueil de témoignages, Exploitation des portrait-robot et enquête-photos), décrivons brièvement avec Jean-Paul Wuyts, ancien divisionnaire de la police fédérale belge, la procédure d’identification d’un suspect appelée parade d’identification (ou tapissage ou line up).