A A A

Dans les articles précédents, nous avons passé en revue les sources de stress auxquelles est confronté le personnel des services de secours et d’urgence et nous avons appris à en reconnaître les signes de souffrance. En raison de ses désastreuses conséquences, la question du stress ne peut être négligée. S’il est inévitable dans les professions de secours, il peut toutefois être réduit, éliminé ou du moins, mieux géré. Nous proposons quelques conseils susceptibles d’aider policiers, pompiers et autres intervenants de crise, à lutter contre le stress.

La lecture de cet article est réservée aux utilisateurs de SecuNews.be Veuillez cliquez ici pour souscrire à un abonnement.