A A A

Pour lutter contre les incivilités, cambriolages et vols dans les véhicules notamment, une centaine de communes belges sont financièrement soutenues par le Fédéral sur la base d’un Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention.




La prévention, maillon essentiel d’une politique de sécurité locale

 

Dans la lutte contre l’insécurité, le secteur de la répression (police, justice) est sans doute le plus représenté et le plus connu, mais il ne dispose pas de tous les moyens permettant d’agir avant ou après la survenance des problématiques. Pour lutter efficacement contre les phénomènes générateurs d’insécurité, il est essentiel que les autorités locales approchent le concept de sécurité de façon intégrale, c’est-à-dire en alliant les différents maillons de la chaîne de sécurité : prévention, répression et suivi.


Alors que le secteur du suivi s’attache à accompagner les victimes de l’insécurité mais aussi à prendre en charge les auteurs et à prévenir leur récidive, la prévention a pour objectif d’agir en amont.


Les acteurs de la prévention visent à améliorer la sécurité objective des citoyens en diminuant la survenance des phénomènes d’insécurité. Différentes stratégies peuvent être adoptées : dissuader les auteurs potentiels d’infraction, diminuer les comportements à risque des citoyens, agir sur l’environnement criminogène, assurer une surveillance non-policière dans les lieux publics, etc.


La prévention a aussi pour objectif l’amélioration de la sécurité subjective. Concrètement, il s’agit de lutter contre le sentiment d’insécurité des citoyens, cette crainte individuelle d’être victime de faits.


Pour développer cet axe préventif, les communes constituent les acteurs-clés.

 


Les Plans Stratégiques de Sécurité et de Prévention


Une centaine de villes et communes sont aujourd’hui financées par l’autorité fédérale pour élaborer une politique locale de prévention. Par la conclusion d’une convention (dénommée Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention ou PSSP) avec le Ministre de l’Intérieur, elles s’engagent à améliorer la sécurité de l’ensemble des citoyens et leur qualité de vie. 

Plus de 35.000.000 € sont actuellement répartis par l’autorité fédérale entre 109 communes.


Le champ d’intervention des communes est établi par l’autorité fédérale (sur base des priorités du Plan National de Sécurité). Il relève principalement des domaines suivants : les incivilités, la criminalité à l’encontre des personnes, la criminalité à l’égard des biens, la radicalisation violente et la sécurité routière.


Afin de définir l’orientation précise de leurs actions, les communes mènent au préalable un diagnostic local de sécurité. Ce diagnostic a pour objectif de dresser une liste exhaustive des problématiques de sécurité présentes sur le territoire communal. Des données (quantitatives et qualitatives) sont collectées auprès d’acteurs locaux et analysées afin de trouver réponse à divers questionnements. Quels sont les phénomènes récurrents ? Constate-t-on l’émergence de nouveaux phénomènes ? Quelle est la perception des professionnels du secteur ? Les habitants, travailleurs ou autres usagers du territoire éprouvent-ils un sentiment d’insécurité ?  Etc.


Sur base de ce diagnostic, les communes identifient les actions prioritaires et les résultats concrets qu’elles souhaitent atteindre.


Au cours des dernières années, les actions des communes financées par le dispositif se sont concentrées majoritairement sur la lutte contre les nuisances sociales, le cambriolage et les nuisances liées à l’usage de drogue.

 


Des agents de prévention en première ligne

 

La mise en œuvre des plans de prévention nécessite le recrutement de personnel spécifique. Ces dernières années, près de 95% de l’enveloppe prévue par l’autorité fédérale a été dédiée aux coûts de personnel.


Au sein des communes, les agents des services de prévention oeuvrent au quotidien à l’amélioration de la sécurité sur le territoire communal. Divers métiers se sont d’ailleurs développés au fil des années, avec la mise à disposition de services gratuits au bénéfice des citoyens. Parmi les métiers les plus répandus, on retrouve notamment :

  • Les conseillers en prévention vol fournissent un avis neutre et sans engagement aux habitants qui souhaitent sécuriser un immeuble contre l’effraction. Outre la lutte contre le cambriolage, ils sensibilisent également les citoyens aux autres formes de criminalité contre les biens.

  • Les services de médiation tentent de résoudre les litiges, notamment les conflits de voisinage, ils essaient de rétablir le dialogue et retisser du lien entre les habitants.

  • Les gardiens de la paix assurent une présence rassurante et dissuasive sur la voie publique. Ils contribuent globalement au maintien d’un cadre de vie agréable et interviennent en fonction des problématiques locales rencontrées : sécurisation aux abords des écoles, signalement aux services compétents de problèmes de voirie, nuisances, etc.

  • Les éducateurs de rue partent à la rencontre de divers publics dont les comportements sur l’espace public peuvent être ressentis comme dérangeants par les autres usagers. Une fois le contact établi, les éducateurs constituent un relais pour la recherche de solutions collectives et/ou individuelles.



Moins présent sur le terrain, le fonctionnaire de prévention est en quelque sorte le chef d’orchestre de la politique de prévention locale. Il est chargé de la mise en œuvre efficace du plan de prévention et de la bonne utilisation des moyens financiers dédiés par le fédéral pour ce plan. Il a également pour mission d’assurer une synergie entre les différentes actions de prévention menées tant par le personnel PSSP que par d’autres acteurs locaux.   


C’est ainsi que le fonctionnaire de prévention et le chef de corps de la police se concertent régulièrement. Ils élaborent en commun une partie du travail de diagnostic et identifient notamment les complémentarités de leur plan respectif.

 

Delphine CHARLOT

Licenciée en criminologie

Direction Prévention et Sécurité, Ville de Charleroi



Lire aussi :

Sécuriser votre habitation ? Faites appel au conseiller en prévention vol !

S’adapter et convaincre … Mon expérience de conseiller en prévention vol !

Les gardiens de la paix, en permanence sur le terrain

Le médiateur de quartier, un acteur-clé pour rétablir le dialogue




Sources :

Plans stratégiques de Sécurité et de Prévention (PSSP), SPF Intérieur, 
https://www.besafe.be/fr/plans-strategiques-de-securite-et-de-prevention


Arrêtés royaux au Moniteur belge : 
http://www.ejustice.just.fgov.be/cgi_loi/change_lg.pl?language=fr&la=F&cn=2019070305&table_name=loi

http://www.ejustice.just.fgov.be/cgi_loi/change_lg.pl?language=fr&la=F&cn=2020122421&table_name=loi