Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Si vous prenez le train, vous aurez probablement croisé des hommes ou des femmes vêtus de gilets de sécurité rouges frappés dans le dos d’un « Securail » bien visible. Quelles sont leurs missions précisément ? Ont-ils des prérogatives ? Comment la surveillance du réseau est-elle assurée ?



Un service interne de sécurité de 700 agents


Securail, le service interne de sécurité de la SNCB-Holding, intervient dans les gares et les trains afin d’assurer la sécurité des usagers comme du personnel de la société des chemins de fer. C’est lors de la réforme des polices que B-Security a vu le jour en 1999, au sein de la SNCB, avant qu’une bonne partie de ses compétences ne soit reprise en 2004 par Securail.


Fort de ses 700 agents (ETP), Securail travaille préventivement en assurant des patrouilles ou en intervenant lors d’incidents. Ces derniers peuvent être constatés en direct par les agents, être signalés par téléphone ou filmés en temps réel par 4.000 caméras de surveillance équipant le circuit TV fermé des gares de la SNCB.

Un réseau qui compte 11.000 caméras au total, équipant les gares, trains, parkings, ateliers et autres sites.

 

Un réseau de caméras en expansion


Un tiers des voitures actuelles, de type Desiro, sont équipées de caméras enregistrant les images des voyageurs, données qui sont stockées sur un disque dur à bord du train et conservées pendant sept jours. Elles ne sont toutefois pas consultables en temps réel mais restent utiles a posteriori si un incident devait être documenté.


En 2015, la SNCB a passé commande de 445 nouvelles locomotives et voitures à double étage, Bombardier-Alstom de type M7, équipées de caméras de surveillance, 3.000 au total, transmettant leurs images en temps réel aux salles de contrôle. Ce matériel sera livré en 2019.



Situé à Bruxelles, le Security Operations Center (SOC) est la salle principale où arrivent les images prises par les caméras de surveillance du réseau SNCB. Trois autres salles de contrôle sont décentralisées à Liège Guillemins, Anvers Central et Bruxelles-Midi pour assurer cette même tâche ainsi que la gestion des alarmes.


Securail y analyse des incidents de différents ordres : accidents de santé, agressions, personnes sur les voies, vol de cuivre, dégradation de matériel, etc. Il est possible de visionner simultanément entre 25 et 50 images en temps réel, ce qui oblige des changements de personnel toutes les 45 minutes afin de maintenir un travail efficace.


Le SOC a pour missions essentielles la coordination des interventions, l’enregistrement des appels reçus par le numéro gratuit (0800/30 230) et par le personnel SNCB, l’envoi de patrouilles préventives et l’analyse des images caméra. Ces dernières images génèrent par ailleurs une collaboration avec la police et la Justice et permettent d’autre part de participer à la bonne organisation de grands évènements.

 


Des agents assermentés et formés notamment à la médiation

Le personnel de Securail est assermenté, cela signifie qu'ils peuvent constater toute infraction à la réglementation ferroviaire par un procès-verbal. Securail dispose de plusieurs prérogatives, en particulier s’il y a flagrant délit : contrôle d’identité et/ou de sécurité, arrestation et détention temporaires, utilisation de menottes pour mise à disposition de la police, usage de spray au poivre ou lacrymogène, expulsion de personnes sans titre de transport valable. En cas d’arrestations, Securail doit faire appel sur-le-champ à la police des Chemins de fer.

 

Les agents Securail suivent une formation de base de 55 jours qui met la sécurité au premier plan et inclut des techniques de médiation. Des journées annuelles complètent en outre le développement de connaissances et savoir-faire. Certains agents Securail travaillent également avec des chiens de service.

 


La Police des Chemins de fer

La Police des Chemins de Fer (SPC) est une entité de la police fédérale chargée spécifiquement de la sécurité dans le cadre du transport de personnes et de biens par rail.


Son personnel (cadre théorique = près de 600 policiers et civils) remplit les missions de police de base et d’appui spécialisé sur les lignes ferroviaires et de métro, les gares, parkings, etc. Sa fonction « Recherche » notamment, l’implique dans la lutte contre la criminalité spécifique qui se développe dans et autour de gares : pickpockets, vols de câbles, trafic de stupéfiants, etc.



Conseils pratiques pour les usagers du rail
 

  • Préférez la compagnie d’autres voyageurs plutôt qu’un compartiment vide

  • Surveillez vos bagages surtout si vous les placez dans les espaces de rangement

  • Ne posez aucun objet de valeur de façon visible. Ne mettez pas votre portefeuille ou votre GSM dans la poche de votre veste car il peut être facilement subtilisé

  • La situation devient tendue ? Restez calme et sûr de vous mais évitez néanmoins de provoquer par le regard ou l’attitude

  • En cas d’agression, ne prenez pas de risque inutile pour protéger vos biens. Appelez immédiatement le numéro d’urgence 0800/30 230 (gratuit) ou la police (112).

 


Christian ARNOULD
Commissaire divisionnaire er


Sources :

Securail

Conseils de sécurité dans la gare ou le train

La Police des Chemins de fer



Lire aussi :

Métro, gare : prévenir l'agression

Les vols de métaux dont le cuivre se multiplient en Europe

Vols de métaux en Belgique : les auteurs et leurs modes opératoires

La lutte contre les vols de métaux en Belgique