A A A

Pourquoi utiliser internet en communication de crise ? A côté de la presse dite traditionnelle, le monde d’internet (de la presse numérique aux réseaux sociaux, en passant par les sites internet) modifie les pratiques de communication. La multiplication des outils à disposition et l’impression de perte de contrôle de l’information peuvent donner le vertige aux communicateurs.


Site internet

 

Le site internet d’une commune, ou d’une autre Autorité, peut constituer un espace adéquat pour poster des messages à destination de la population et/ou à destination de la presse. Régulièrement utilisé pour la communication Autorités/population,  il est à ce titre, un espace de référence.

 

En matière d’autoprotection du citoyen, deux sites internet spécifiques offrent de nombreux conseils à la population face aux risques (en situation d’urgence ou pour prévenir ceux-ci) ; les sites communaux peuvent donc s’en inspirer ou y renvoyer :

 

http://www.info-risques.be/fr

Ce site web donne une information sur différents risques auxquels peut être confrontée la population, ainsi que sur les comportements à adopter face à ces risques et en cas de crises.  Il est réalisé et mis à jour par le Service public fédéral Intérieur, en collaboration avec les Services fédéraux des Gouverneurs, les autorités locales et régionales, les services publics fédéraux et autres partenaires concernés par la gestion de crise.

 

http://www.autoprotectionducitoyen.eu/ 

Ce site a été réalisé par la Croix-Rouge française, associée aux sociétés nationales Croix-Rouge autrichienne, britannique, espagnole et finlandaise, dans le cadre d’un projet Européen visant à développer des «pratiques et kits de secours pour l’autoprotection des citoyens de l’Union européenne en cas d’accident domestique ou de catastrophe».

 

 

Réseaux sociaux

 

Les médias dits sociaux sont souvent opposés aux médias dits traditionnels.  En réalité, plus qu’ils ne s’opposent, ils se complètent et s’entremêlent. 

Pour les Autorités, chargées de la communication, les médias sociaux offrent, par rapport aux médias traditionnels, un espace de parole direct et sans intermédiaire vers la population. 

Facebook/Twitter sont aujourd’hui les médias sociaux les plus utilisés chez nous, du moins par les plus de 18 ans.

L’utilisation de ces deux médias sociaux en période de crise nécessite d’avoir créé les comptes et pages au préalable, d’avoir des abonnés (Twitter) ou  des «amis» (Facebook) qui pourront lire les messages et les partager ensuite. L’effet viral devient alors intéressant en termes de nombre de personnes touchées.

 

Lors d’une crise, la cohérence entre messages est essentielle ; aussi faut-il éviter de multiplier les messages ou de changer de vocabulaire entre Facebook, Twitter, le site internet et même les communiqués de presse...   Le même message peut donc être publié sur Facebook et sur Twitter en adaptant style et vocabulaire pour permettre notamment de rentrer dans le format Twitter (140 caractères).

Ces messages doivent accompagner les communiqués de presse. Ces deux canaux peuvent servir à renvoyer vers les sites internet (ou l’inverse) pour plus d’informations. L’ensemble des outils doit former un système qui permet de dispenser une information rapide et complète.

 

 

Article suivant consacré à la communication de crise : Call-center et Be-Alert sont devenus indispensables

 

Articles précédents :

Pourquoi et comment communiquer dansl’urgence ?

Qui est responsable ?

Comment travailler avec la presse ?

 



Catherine Delcourt

Commissaire d’arrondissement pour la province de Liège





Lire aussi : Comme en crise – La communication à l’usage des autorités locales – Union des Villes et Communes de Wallonie

 

 

Source