A A A

Sécurité: Acteurs et cadre réglementaire

Quels sont les progrès et l’impact futur de l’ADN en matière pénale, tant d’un point de vue opérationnel, que juridique et politique criminelle ? La journée nationale ADN organisée conjointement par l’INCC, la VUB et l’UGent permettra d’y répondre en restituant les résultats de leurs recherches menées durant 4 ans. Moment privilégié par conséquent pour les policiers, magistrats et leurs collaborateurs, experts judiciaires, avocats, criminologues et professionnels de la police technique et scientifique.

Est-il possible d’utiliser l’hypnose pour recueillir des informations spécifiques de la part de témoins ou de victimes d’infractions graves ? Dans l’affirmative, le procédé est-il efficace et dans quelles conditions ? Focus sur l'expérience du FBI en la matière.

Europol a présenté début 2018 son rapport d'activité couvrant la période 2016-2017. Cet office européen de police situé à La Haye, chargé du soutien en matière de coopération policière, a fourni un appui à la Belgique lors des attaques terroristes de Bruxelles de mars 2016. Europol n’est pas une police européenne à proprement parler. Il s’agit un organisme destiné à appuyer le travail des enquêteurs nationaux.

Le débat au sujet de l’utilisation de l’hypnose dans les investigations policières est toujours ouvert. Outil mineur dans la panoplie de l'enquêteur, elle n'en est pas moins efficace puisque dans environ 60% des cas où l'on y a eu recours, des renseignements supplémentaires ont été produits, permettant de faire progresser l’enquête. Rappelons cependant qu'aucune déclaration sous hypnose d'un auteur ou suspect d'un délit, ne peut être recueillie.

Prévenir l’acquisition de chargeurs d’armes à feu dans le commerce légal, à des fins criminelles : c’est l’objectif des modifications visant les règles de détention de chargeurs qui ont été alignées sur celles appliquées aux munitions. La loi du 7 janvier 2018 interdit désormais aux particuliers de détenir des chargeurs pour armes à feu soumises à autorisation, sauf pour ce qui concerne les armes qu’ils détiennent légalement.