Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Petite délinquance

Dans quelle mesure la configuration des voies d’accès et aires de stationnement d’un quartier peut-elle favoriser la diminution des risques de délinquance ? Dans un précédent article, nous avons eu l’occasion de présenter l’importance que pouvait avoir l’aménagement et la conception d’un quartier sur le nombre d’infractions et le sentiment d’insécurité. A ce titre, l’Association of Chief Police Officers Secured by Design prodigue une série de principes visant la sécurisation d’un quartier résidentiel dès sa conception par l’architecte.

L’aménagement et la conception d’un lieu, qu’il s’agisse d’un espace public ou privé, peuvent avoir une influence significative sur le développement d’infractions (vols, actes de vandalisme tels que des graffiti,…) ainsi que sur le sentiment d’insécurité. Pensons par exemple à un parc peu fréquenté, comprenant des buissons ou caches possibles, mal éclairé la nuit de telle sorte que l’individu qui s’y promène, ne se sent pas vraiment en sécurité.

Qu’il soit perçu comme une création artistique ou comme un acte de vandalisme, le graffiti (dessin à la peinture) ou le tag (signature calligraphiée) reste un délit s’il est réalisé sur un bien public ou sur un bien privé sans consentement du propriétaire. Dans ce cas, il est défini par la loi comme un acte de dégradation volontaire et son auteur est civilement et pénalement punissable par la loi.

Les médias expriment souvent de manière ponctuelle et déformée l’isolement et la «loi du plus fort» qui règnent dans certains quartiers des banlieues des grandes villes françaises. D’où l’intérêt de se pencher sur des études approfondies et en particulier, les conclusions d’une enquête menée durant cinq années par le sociologue Didier Lapeyronnie, au sein des quartiers populaires d’une ville moyenne de France.

Régulièrement, les services de secours sont amenés à intervenir sur les lieux de différends conjugaux à l'occasion desquels une certaine violence s'est exprimée. Les violences conjugales peuvent toucher n'importe quel couple, dans n'importe quel milieu socio-culturel, quel que soit l'âge et l'orientation sexuelle. Le plus souvent, les victimes sont des femmes, mais il existe aussi des hommes qui subissent des formes de violence de la part de leur partenaire. Il ne s'agit pas d'une maladie, ni d'une fatalité, mais d'un cercle vicieux qu'il faut rompre.