Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Petite délinquance

Le sentiment d’insécurité et le genre sont intimement liés. Les femmes font ainsi partie du groupe de personnes le plus enclin à ressentir cette crainte. Afin de rendre le domaine public plus sécurisant et accueillant pour tous et toutes, l’ASBL Garance a organisé en 2012 des marches exploratoires dans plusieurs quartiers bruxellois et publié ensuite une série de recommandations en vue d’une meilleure prise en compte des besoins des femmes.

Comment savoir si une personne est sous influence de l'alcool ou en état d'ivresse ? Quelles sont les bonnes réactions face à un individu qui a trop bu ? Quand appeler la police, les services de secours ? Quelques conseils pratiques afin d’aborder au mieux ces situations difficiles.

Les établissements scolaires et extrascolaires (hall omnisports, piscine, académie de musique,…) peuvent être des endroits propices à la commission d’actes de délinquance les plus divers (graffiti, bris de vitre, racket, vol, incendie,…). En effet, ces types de lieux sont en général composés d’une multitude de locaux facilement accessibles, éventuellement répartis en plusieurs bâtiments. Ils font en outre l’objet d’un important va-et-vient de professeurs et d’élèves, de fournisseurs, de visiteurs, etc.

Sécuriser un établissement d’envergure tel une école, une académie ou un hall sportif n’est pas toujours chose aisée. Nous avons déjà eu l’occasion de rappeler certains principes importants à respecter pour améliorer cette sécurité (définir une politique, gérer l’accès aux bâtiments,…). Examinons aujourd’hui la question particulière de la gestion des clés. 

Les jeunes gens ne traînent pas tous en rue et, ceux qui s’y trouvent, ne sont pas nécessairement sources de conflits. De manière générale, on peut distinguer quatre types de bandes de jeunes au sein de l’espace public. La typologie suivante a été établie par le bureau Beke, aux Pays-Bas, et a été utilisée par la police néerlandaise afin de réaliser une cartographie de ces groupements par «régions de police».