Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Petite délinquance

Afin de ne pas investir de façon démesurée et se protéger inutilement de menaces fictives, il est préférable d’élaborer un plan d’actions après avoir évalué les menaces éventuelles et identifié les problèmes que rencontre son magasin. Les décisions et actions à entreprendre doivent être cohérentes, organisées et strictement respectées dès leur adoption.

Avant d’implémenter une stratégie efficace de dissuasion, il est utile que les responsables analysent préalablement les risques potentiels auxquels s’expose leur commerce. La seconde étape sera d’identifier les problèmes effectivement rencontrés. Ils pourront dès lors prendre les bonnes décisions en termes de prévention et de lutte contre cette réalité quotidienne que représente le vol à l’étalage.

«Psst Mademoiselle ! Ho réponds salope !». Encore récemment dénoncé dans les médias, le harcèlement de rue, comprenant aussi le harcèlement dans les transports en commun, constitue une infraction pénale. Après le documentaire réalisé en 2012 par l’étudiante Sophie Peeters, victime ayant dénoncé ces faits, la loi a été durcie. Mais est-ce efficace et suffisant ?

Bien que la plupart des sociétés de distribution investissent de plus en plus dans la prévention, beaucoup d’inquiétude subsiste au regard du nombre élevé de vols à l’étalage. Sécurité privée, vidéosurveillance, antivols, … les mesures de prévention sont pourtant nombreuses. Mais comment accroître leur efficacité ? Faut-il repenser leur utilisation, investir davantage ou admettre le vol à l’étalage comme une fatalité ?

Quelle que soit sa valeur artistique, le tag ou le graffiti réalisé sans l’accord du propriétaire des lieux est considéré comme un acte de vandalisme et tombe dès lors sous la loi qui régit la dégradation volontaire d’un bien. Les études et le partage des bonnes pratiques ont démontré qu’il existe des combinaisons d’actions efficaces dans la lutte contre les tags et graffitis. C’est d’ailleurs dans ce sens que s’engagent les programmes locaux détaillés lors d’un précédent article.