Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Dans l'article précédent (voir référence), nous avons évoqué un lien de cause à effet entre frustration et agression, en précisant que cette hypothèse présente quelques faiblesses. En effet, certains processus psychologiques (règles sociales, inhibitions...) peuvent réduire la probabilité d'une réponse agressive et d'autre part la représentation mentale que l'individu se fait d'une expérience déplaisante et frustrante dépend de l'origine de celle-ci, de ses causes, de la nature des émotions qu'elle suscite et cela en fonction de ses autres expériences vécues et de ses apprentissages antérieurs.

La lecture de cet article est réservée aux utilisateurs de SecuNews.be Veuillez cliquez ici pour souscrire à un abonnement.