A A A

Avant d’implémenter une stratégie efficace de dissuasion, il est utile que les responsables analysent préalablement les risques potentiels auxquels s’expose leur commerce. La seconde étape sera d’identifier les problèmes effectivement rencontrés. Ils pourront dès lors prendre les bonnes décisions en termes de prévention et de lutte contre cette réalité quotidienne que représente le vol à l’étalage.



Facteurs de risque : internes et externes



La nature des biens mis en vente ainsi que la clientèle sont des facteurs de risque qui ont été présentés dans le précédent article. D’autres facteurs, plus difficiles à maîtriser, sont néanmoins à prendre en considération.



La localisation peut avoir une influence sur la vulnérabilité d’un commerce face au vol à l’étalage. Bien que peu de recherches aient été effectuées à ce sujet, les zones très fréquentées ou se situant dans les centres villes seraient les plus exposées au regard des grands flux de clientèle. La proximité d’écoles ou la précarité d’un quartier peuvent également augmenter les risques (vols par nécessité, bandes locales, flux important de jeunes, etc.).



Les saisons et les heures d’affluence sont également des paramètres à prendre en considération. Durant les périodes pré-Noël, pré-été, de soldes, etc., les commerces sont pris d’assaut et donc plus exposés au vol.



L’aménagement interne du commerce peut contribuer à la commission de vols. Un magasin mal ordonné ou mal entretenu peut donner l’impression d’être négligé et ainsi susciter le vol. Des étalages trop hauts ou des allées trop étroites peuvent fournir des opportunités au voleur de dissimuler des marchandises.



L’organisation et des pratiques du personnel
peuvent également affecter le sentiment de surveillance ou de contrôle social. Un faible nombre de personnel ou sa concentration en un seul point du magasin offrent au candidat voleur la possibilité d’agir librement. De même, un personnel trop familier avec la clientèle peut être moins attentif à la commission de tels actes. Le même effet peut également se produire si le personnel cesse d’être vigilant en raison de la présence d’agents de la sécurité dans l’établissement. La prévention reste l’affaire de tous…



Le suivi régulier de l’inventaire
joue aussi son rôle. Véritable challenge et travail laborieux, un contrôle régulier du stock peut permettre non seulement de détecter les vols (commis par le client ou par le personnel) mais également donner de sérieuses indications sur les tendances en matière de vols.





Evaluer ses besoins, élaborer une stratégie de prévention «sur mesure»



La sécurisation d’un magasin de petite ou moyenne taille n’est pas comparable à celle d’un hypermarché. Les pratiques commerciales et/ou managériales ainsi que la nature des biens vendus peuvent avoir des effets positifs ou négatifs en termes de prévention. Plutôt que de tenter d’instaurer un plan de prévention trop global, il est recommandé de se focaliser au préalable sur les problèmes rencontrés.


L’usage d’une checklist peut faciliter ce processus, par exemple :


- Les opportunités de vol : quel est la nature des produits vendus ? Quels sont les dispositifs de sécurité déjà présents au sein de l’établissement ? Le stock est-il régulièrement contrôlé ?


- Au niveau des vols : quels sont les objets les plus souvent dérobés ? Quel est le taux de vols constatés ? A combien s’élèvent les pertes ?


- A propos des auteurs : qui sont-ils (jeunes, bandes, récidivistes, etc.) ? Comment agissent-ils (seul, en groupe, modes opératoires, etc.) ?


- Lieu et temps : le magasin est-il le seul touché ou les commerces avoisinants le sont-ils aussi ? A quel moment de la journée les vols se produisent-ils le plus ? Existe-il une corrélation entre la nature d’un objet volé et la saison de l’année (vacances scolaires, soldes, etc.) ?




Répondre à ces questions permet d’une part, d’élaborer ou ajuster sa stratégie de prévention et de mesurer, par la suite, l’efficacité de celle-ci. D’autre part, les responsables ont la possibilité de prendre en compte des points faibles spécifiques à leur commerce, ce dernier pouvant en effet être plus visé par un type d’auteurs ou un mode opératoire par rapport aux autres magasins au profil similaire.




Sébastien Dormaels
Licencié en Criminologie, zone de police Entre Sambre et Meuse 




Article précédent Vol à l’étalage : Des solutions durables et efficaces existent-elles ?


Prochains articles :

Développer une stratégie de prévention par magasin (3)

Quels sont les modes opératoires ? (4)

En cas de doute, réagir aux premiers signaux (5)

De la surveillance à l’interpellation (6)

Les limites de l’interpellation, bien réagir (7)

 

En savoir plus