Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Criminalité économique, financière, informatique

Dans un précédent article, nous avions détaillé les caractéristiques principales de cette escroquerie. Comment les auteurs – en répondant à une annonce de vente –parviennent-ils à soutirer de l’argent à leurs victimes ? Pour répondre à cette question, nous poursuivrons la compréhension de leurs modes opératoires et conclurons sur les mesures préventives qui peuvent minimiser les risques d’escroquerie ou contribuer à l’interception des malfaiteurs.

Le Rip-deal, ou «pigeon drop», consiste essentiellement en une escroquerie survenant lors d’une transaction en espèce. De nature organisée et transnationale, cette criminalité touche les particuliers, les indépendants ou les sociétés, qui mettent en vente des biens de valeurs (immobiliers, objets de luxe, etc.). Mais également ceux qui sont à la recherche d’investissements (reprise d’entreprises, crédits, etc.).

Si le cybercrime devient de plus en plus accessible, les gains – souvent financiers – demeurent difficiles à monétiser lors de leur passage du virtuel vers l’économie réelle et licite. Par contre, les monnaies numériques dont le développement soulève de nombreuses questions tant au niveau de leur utilisation que de la législation, peuvent-elles représenter de nouvelles opportunités pour le cybercriminel ?

Comment se manifestait en 2014 la menace terroriste en Europe et quel a été son impact ? Depuis une douzaine d'années, l’agence européenne EUROPOL publie un rapport annuel sur ces questions. Appelé « Te-Sat », ce rapport relève les différentes formes de terrorisme, parfois éloignées du sens commun, et en fait un recensement.

La cybercriminalité est-elle devenue une industrie à part entière ? On observe en tout cas l’émergence et la migration des marchés noirs traditionnels vers internet. L’évolution du cyberespace entraîne en outre une dynamique très particulière de l’offre et la demande, à savoir l’apparition d’un nouveau modèle économique caractérisé par la notion de cybercrime en tant que service ou denrée commercialisable.