Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Criminalité économique, financière, informatique

La fraude sociale revêt plusieurs formes dont la plus connue reste le travail au noir. Juridiquement, elle se définit comme toute infraction à la législation sociale. Sont donc visés les activités non déclarées, les paiements occultes, l’occupation d’un étranger en séjour (il)légal sans permis de travail ou encore ses formes les plus graves et organisées telles que celles liées à la traite et trafic d’êtres humains; ces dernières étant traitées par une cellule mixte de soutien composée d’inspecteurs sociaux et de membres de la police judiciaire.

Pour être en mesure d’utiliser votre carte bancaire, les escrocs doivent soit récupérer la carte elle-même ainsi que son code secret (vol par ruse), soit réussir à copier la piste magnétique et obtenir son code secret afin de la reproduire ensuite sur une carte bancaire vierge (skimming). Ces opérations, vol de carte ou sa copie, se déroulent en général à proximité d’un distributeur d’argent.

Votée le 26 novembre 2011, le Moniteur Belge vient de publier une «loi modifiant et complétant le Code pénal en vue d’incriminer l’abus de la situation de faiblesse des personnes et d’étendre la protection pénale des personnes vulnérables contre la maltraitance» (M.B. 23.01.2012). En effet, les tribunaux rencontraient des difficultés d’ordre juridique pour faire cesser les abus de mouvements sectaires ou de gourous animés essentiellement, mais souvent de façon occulte, par des objectifs d’ordre économique et de pouvoir.

Nous sommes de plus en plus confrontés à la contrefaçon, sous la forme d’offres très alléchantes de produits de luxe, cigarettes, articles de sport, pièces de rechange, mais aussi de biens de consommation courante, avec tous les risques (accident, danger pour la santé, confiscation, amendes, etc.) que cela peut entraîner.

Comme nous l’avions indiqué dans un précédent article, communiquer est l’une des activités préférées des jeunes lorsqu’on aborde la question d’internet et des autres TIC. Bien que les expériences négatives soient rares, force est de constater que certaines opportunités peuvent conduire l’enfant à être manipulé par un tiers ou entretenir des relations risquées. Nous examinerons ici la nature de quelques-unes de ces cyber-relations ainsi que les mesures pouvant être prises à leur encontre.