Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Criminalité économique, financière, informatique

Comme nous l’avions indiqué dans un précédent article, communiquer est l’une des activités préférées des jeunes lorsqu’on aborde la question d’internet et des autres TIC. Bien que les expériences négatives soient rares, force est de constater que certaines opportunités peuvent conduire l’enfant à être manipulé par un tiers ou entretenir des relations risquées. Nous examinerons ici la nature de quelques-unes de ces cyber-relations ainsi que les mesures pouvant être prises à leur encontre.

Aux Etats-Unis, les paris représentent environ 200 milliards $ par an, dont seulement trois milliards légalement effectués à Las Vegas. Dans l’ensemble des paris, les paris sportifs occupent une place de premier choix. On peut, dans ce contexte, au moins distinguer trois types de paris sportifs. Deux ont trait à l’objet du pari : les paris sur l’issue du match (match fixing) et les paris sur des éléments d’une rencontre (spot fixing).

La dépendance aux jeux de hasard et les graves conséquences qu’elle peut entraîner tant au niveau familial que professionnel, financier, voire criminel, ont motivé le législateur à prendre des mesures essentielles. Nous allons nous pencher dans cet article sur les mesures de protection des joueurs les plus importantes. Enfin, la Cellule contrôle de la Commission sera succinctement présentée.

Méconnue du grand public il y a une vingtaine d’années, la contrefaçon et, de manière plus large, les violations du droit à la propriété intellectuelle, ont fait une entrée remarquée dans nos économies et, partant, dans la vie de tous les jours des consommateurs que nous sommes.

Les jeux de hasard relèvent de l’ordre public. En effet, la passion du jeu peut mener à la dépendance aux jeux, voire à des infractions ou même, dans des cas extrêmes, au crime. Selon une étude publiée en 2008 (1) de l’INSERM, 20% des joueurs dépendants auraient commis l’un ou l’autre délit, comme le montrent les condamnations en 2011 de Samuel R., accro au poker, pour escroquerie, ou celle de Ludo V., accro au bingo, pour meurtre, cas dont la presse s’est fait l’écho.