Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Préparer l'enfant à reconnaître et bien réagir à l'encontre des ruses auxquelles recourent les pédoprédateurs ne suffit pas. Les parents doivent eux-mêmes faire preuve de vigilance et donner des consignes de sécurité à leur enfant ainsi qu'aux personnes qui en ont momentanément la charge.




Quelles précautions prendre au départ ?


- Soyez vigilants, gardez toujours un œil sur votre enfant. Rappelez-vous que la surveillance étroite des tuteurs est la meilleure défense contre les pédoprédateurs.


- Ne préjugez jamais qu’un proche endosse de sa propre initiative vos responsabilités et assume le contrôle parental. Si vous désirez vous reposer, vous distraire, vous éloigner, etc., demandez formellement à une personne de confiance de veiller sur votre progéniture.


- Ne laissez jamais votre enfant seul dans une voiture, même pour un court instant.


- Veillez à ce qu’il connaisse son nom de famille, son adresse et son numéro de téléphone.


- Dès que possible, apprenez-lui le numéro de téléphone de la police.


- Initiez-le à l’usage du téléphone afin qu’il puisse vous joindre ou contacter la police. Cette précaution peut également s’avérer utile s’il s’égare. Même les enfants très petits sont capables de composer le numéro des services de secours et de signaler qu’ils sont perdus ou en danger.


- Convenez avec votre enfant d’un code secret. En cas d’urgence ou d’empêchement de votre part, il saura qu’il peut se fier aux personnes se présentant pour s’occuper de lui si elles connaissent le mot de passe. Dans le cas contraire, il devra se montrer méfiant et vous téléphoner pour recueillir vos instructions.


- Veillez à ce que le nom de votre enfant n’apparaisse pas visiblement sur ses vêtements ou ses effets scolaires. Etre appelé nommément induit spontanément un sentiment de familiarité et agit comme un signal positif pour la sécurité. Dès lors, les enfants ont tendance à accorder leur confiance aux personnes qui connaissent leur prénom.




A quel âge doit-on sensibiliser les enfants aux risques de pédoprédation ? 


Dès qu’ils savent marcher, les enfants risquent d’échapper à la surveillance de leurs parents. Dans les endroits populeux tels que marchés, grandes surfaces commerciales, rues marchandes, parcs, complexes touristiques, plages, salles de fête, etc., une brève distraction des adultes suffit pour que l’enfant s’éloigne et s’égare. Dans l’immense majorité des cas, l’histoire se termine bien ; parents et enfant se retrouvent quelques minutes plus tard, quittes pour la peur. Malheureusement, dans des cas rares mais ô combien tragiques, l’enfant devient la proie facile d’un pédoprédateur à l’affût. 


Pour éviter le pire, les enfants devraient posséder les notions élémentaires de sécurité dès l’âge de 3 ou 4 ans. Vers 5 ou 6 ans, il devient possible d’entretenir avec eux une véritable conversation au sujet de la pédoprédation. 




Les règles de base de l’information destinée aux enfants 


Les consignes de sécurité doivent être expliquées aux enfants dans un langage simple et adapté à leur âge et être exprimées en termes de comportements attendus. Elles doivent répondre véritablement à leurs besoins, tenir compte de leur sensibilité ainsi que des circonstances particulières auxquelles ils risquent d’être confrontés. 


Les diverses informations peuvent être dispensées par les parents et les enseignants ainsi que par toute personne-ressource en contact avec les enfants. Elles peuvent être délivrées oralement et sous forme de feuillets d’information, d’affiches et d’émissions radiophoniques ou télévisées adaptées aux enfants. Elles peuvent être approfondies grâce à des exercices, des jeux de rôle et des mises en situation. Elles peuvent également être débattues en classe ou lors d’activités parascolaires. 




Ne pas nuire … 


Les adultes doivent veiller à ne pas traumatiser les enfants en dispensant des détails sordides ou en faisant état de leurs propres expériences s’ils ont été victimes de pédophiles ou d’autres agresseurs d’enfants. 




Dans les prochains articles, nous verrons ce que les enfants doivent savoir pour éviter des situations dangereuses et le cas échéant, les conduites à tenir. 



Evelyne JOSSE
 
Psychologue, psychothérapeute



La série d'articles :

Faut-il apprendre aux enfants à se méfier des pédoprédateurs ?

Pédoprédation, de qui et de quoi se méfier ?

Les pièges des pédoprédateurs

Pédoprédation, les règles de base pour les parents

Prévenir la pédoprédation, ce que les enfants doivent savoir

Pédoprédation, que doit faire l'enfant en cas de danger ?

Pédoprédation, des exercices pour apprendre la sécurité



En savoir plus