Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Le fait que des objets soient emportés lors d'un viol peut-il avoir un impact sur les résultats de l'enquête ? Il existe deux cas de figure : le vol commis à l'occasion d'un viol et le viol commis à l'occasion d'un vol.



Après avoir évoqué les comportements du violeur et de la victime sur la scène du crime, nous abordons le vol associé au viol.



Vol commis à l'occasion d'un viol



Souvent, des objets appartenant à victime de viol sont emportés par l'auteur ; cela passe cependant inaperçu, sauf s'il s'agit d'objets de valeur. La question pour le profileur n'est pas seulement de savoir si quelque chose a été dérobé et le cas échéant, quoi, mais pourquoi tel ou tel objet a disparu. Des précisions à ce sujet peuvent fournir une aide précieuse dans le processus d'enquête, notamment pour déterminer l'une ou l'autre caractéristique quant à l'auteur.

Dans certains cas, la victime ne réalise pas que quelque chose a disparu, par exemple une photographie sur un meuble. Pour cette raison, il est intéressant de demander à la victime de vérifier et d'inventorier ce qui a pu avoir disparu.


En général, les éléments manquants appartiennent à l'une des trois catégories suivantes :


objet pouvant constituer une pièce à conviction : objet que l'auteur a touché et sur lequel il a peut-être laissé une empreinte ou sur lequel il a éjaculé. Cela suggère que l'individu a une certaine expérience et qu'il a peut-être déjà été arrêté pour des faits semblables.


objet de valeur : celui qui vole des objets de valeur connaît peut-être des difficultés financières ; il a peut-être perdu son emploi ou celui-ci ne lui procure que de faibles revenus. Le type d'objet manquant est parfois susceptible de fournir un indice quant à la catégorie d'âge de l'auteur. On a relevé qu'un jeune violeur vole des objets tel qu'une chaîne stéréo ou un téléviseur, alors qu'un auteur plus âgé a tendance à prendre des bijoux ou des objets plus faciles à dissimuler et à transporter.


objet sans valeur intrinsèque, mais susceptible de constituer en quelque sorte un souvenir pour l'auteur : une photo ou de la lingerie de la victime. Le type d'articles manquants peut également fournir un indice quant à l'âge du violeur. Un tel objet sera peut-être retrouvé lors d'une perquisition.

A ce propos, il est intéressant de savoir si le violeur a ultérieurement restitué l'objet volé à la victime et si oui, pourquoi. Certains le font pour intimider la victime et avoir une sorte de pouvoir sur elle, tandis que d'autres souhaitent la convaincre qu'ils ne lui voulaient aucun mal et en même temps, cherchent se convaincre eux-mêmes qu'ils ne sont pas si mauvais.



Viol commis à l'occasion d'un vol



Nous avons ici à faire à un cambrioleur qui entre par effraction dans une résidence qu'il croit inoccupée, en vue de commettre un vol et qui soudainement, est mis en la présence de l'occupante des lieux. Son but initial n'est pas de commettre un crime sexuel : il s'agit d'un violeur opportuniste.



Un dernier facteur à considérer



Certains violeurs, à travers des activités de voyeurisme ou de surveillance ciblent et sélectionnent une victime potentielle qui leur paraît vulnérable, rôdent autour de sa résidence et parfois même, entrent en contact avec elle et lui parlent, dans les temps qui précèdent l'infraction. C'est en général le cas de récidivistes ou de délinquants ayant déjà eu à faire à la justice pour des violations de domicile, d'effractions ou de voyeurisme, de fétichisme par exemple avoir volé des vêtements féminins.

Pour cette raison, l'enquêteur doit chercher à savoir

• si la victime a eu le sentiment d'avoir été suivie ou surveillée, si elle a reçu des appels téléphoniques anonymes.

• si des voisins n'ont pas aperçu un rôdeur, une personne ou une voiture suspecte.



Jusqu'à présent, nous avons envisagé le cas où la plaignante est victime d'un viol avéré. Ne perdons pas de vue qu'il existe des personnes soit-disant victimes qui accusent sciemment un individu de faits dont il est innocent. Nous évoquerons ce cas dans le prochain article.




Tous les articles : 


L'audition des victimes de viol et le profilage du violeur (1) 

Audition de la victime d'un viol : comment cerner l’approche de l’agresseur (2)

Identifier le comportement de l'agresseur (3)

Les réactions possibles de la victime face à son agresseur (4)

Les dysfonctionnements sexuels chez l'agresseur (5)


Déterminer ce qui se passe pendant l'acte (6)

Le violeur change d’attitude, efface les traces … autant d’indices pour l’enquête (7)


Les cas de vol associé au viol 
(8)

Audition de la victime d'un viol : les fausses allégations (9)





Jean-Paul WUYTS 
Commissaire divisionnaire er 
Licencié en criminologie et psychologie



Source : Burt E. Turvey : Behavioral evidence : understanding motives and developing suspects in unsolved serial rapes through behavioral profiling techniques, 1996, (voir référence)



En savoir plus