Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Assistance et prévention

Les interventions des services d’urgence lors d’évènements majeurs (accidents de train, explosion dans une zone habitée, catastrophe naturelle, etc.) sont lourdes et complexes. Il est donc nécessaire d’anticiper, autrement dit de prévoir les tenants et aboutissants de ces situations exceptionnelles en mettant au point des plans d’actions précis et coordonnés.

Nos articles précédents ont abordé la planification d’urgence au sens large, ses acteurs et leur coordination ainsi que les niveaux de responsabilité. Nous avons vu que pour diriger les opérations et gérer toutes les facettes de l’évènement, les autorités responsables élaborent des plans d’urgence et d’intervention. En quoi consistent-ils ? Que contiennent-ils ? Ce sont les questions auxquelles nous tenterons de répondre ci-dessous.

Le marché du médicament en ligne a littéralement explosé ces dernières années. La facilité de recevoir les achats à domicile, l’avantage de l’anonymat, les publicités de toutes sortes, des prix concurrentiels, voilà quelques-uns des avantages offerts par la toile. Il est pourtant de notoriété publique que plus de la moitié des médicaments vendus sont contrefaits et que plus de 90% des sites qui en vendent sont illicites (voir notre article Contrefaçon de médicaments : un phénomène plus qu’inquiétant).

Dans nos deux articles précédents, nous avons tenté de définir la planification d’urgence et d’identifier ses différents acteurs. Nous avons vu que la responsabilité de la planification d’urgence relève des autorités administratives : ministre, gouverneur ou bourgmestre selon les niveaux : fédéral, provincial et communal. C’est ce que l’on appelle les phases de planification d’urgence.

Qu’il s’agisse de graves accidents industriels, de catastrophes naturelles ou de grands rassemblements pouvant comporter des risques sur le plan de l’ordre public, les autorités publiques doivent veiller à ce que les services d’intervention et de secours concernés soient préparés à réagir avec toute l’efficacité requise. Après avoir expliqué, dans un premier article, l’origine des plans catastrophe en Belgique et le concept de situation d’urgence, nous nous focalisons ici sur la coordination des opérations.