Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

L'année passée, près de 400 escroqueries à l'amitié ont été signalées au SPF Economie mais le chiffre noir (arnaques non déclarées) est beaucoup plus important. Dans plus de la moitié des cas recensés, les victimes ont payé les fraudeurs, pour un total équivalant à 4 millions d'euros. Comment prévenir ce type de fraude ?

 

 


Le mode opératoire classique


Tout commence sur un site de rencontres ou sur les réseaux sociaux. Vous faites connaissance avec une personne fort sympathique (l’auteur) qui fait preuve de beaucoup d’empathie à l’égard de votre situation personnelle, vos soucis actuels, etc.


Les jours passent et votre nouveau contact exprime son souhait de vous rencontrer dans la vie réelle. Comme il vit à l’étranger. Il doit planifier son déplacement. Peu après, il vous explique avoir réservé son billet d’avion mais précise que, résidant en dehors d’un pays de l’Union Européenne, il doit faire des démarches pour obtenir un titre de séjour. Ensuite, dans de nouveaux mails ou messageries, il demande de l’aide pour les frais liés aux démarches en question et précise qu’une fois sur place, il vous remboursera la somme sans problèmes.


Mis en confiance par ces nombreux contacts très amicaux et fort désireux de pouvoir rencontrer cette nouvelle relation, vous transmettez l’argent sans hésiter ...


De multiples autres scénarios sont évidemment possibles qu’il s’agisse de problèmes de santé ou familiaux, d’une perte de documents ou encore d’un imprévu lors du déplacement, justifiant la location d’une chambre d’hôtel durant quelques jours.



Les signaux d’alerte

  • Au départ, l’auteur établit patiemment une relation de confiance voire d’intimité entre vous et lui. Il vous demande par la suite systématiquement de l’argent sous différents motifs.

  • Lorsque vous lui proposez un rendez-vous, l’auteur se dérobe constamment en prétextant le besoin d’argent pour pouvoir se rencontrer, que ce soit par virement, chèque, carte de crédit, transfert de liquidités ou d'argent virtuel.

  • Vous remarquez lors des échanges écrits que son orthographe est souvent problématique.

 

Les conseils de prudence

  • Si une de vos relations via les réseaux sociaux vous incite, en faisant preuve d’empathie, à commenter votre vie privée, soyez réservé et ne partagez pas d’informations très personnelles surtout s’elle insiste à les connaître pour vous soutenir ;

  • Soyez attentif à ne pas réagir de manière impulsive par rapport à des contenus qui vous sont proposés sur votre profil et qui peuvent dévoiler votre état d’esprit (colère, tristesse, révolte …) ;

  • Ne partagez pas de photos intimes qui vous concernent ou votre famille ;

  • Posez des questions à votre interlocuteur, s’il est réticent à répondre à des questions anodines, méfiez-vous et insistez. Vérifiez ses propos s’il déclare faire partie d’une organisation, un parcours professionnel, des projets, etc. ;

  • Faites des recherches à son sujet et vérifiez, sur les moteurs de recherche et les réseaux sociaux, si son profil et sa photo ne sont pas utilisés de multiples fois avec des identités différentes ;

  • N’envoyez pas d’argent et ne communiquez aucune donnée liée à votre banque, à vos cartes de paiement ou de crédit.

 
 

Les bonnes réactions si vous êtes victime

  • Si vous vous rendez compte que votre « nouvel ami » tente en fait de vous soutirer de l’argent, stoppez tous vos contacts avec cette personne, ne lui répondez plus ;

  • Contactez immédiatement Card Stop (070 344 344) et votre banque si vous lui avez communiqué les coordonnées de votre carte de crédit ;

  • Signalez votre cas et tous les détails utiles au point de contact du SPF Economie (option fraude à l’amitié) et parlez-en autour de vous ;

  • Portez plainte à votre police locale si l’auteur détient des données personnelles concernant vos documents officiels (carte d’identité, etc.), le risque d’usurpation d’identité pour réaliser d’autres escroqueries est en effet possible.



Olivier BOGAERT

Commissaire de Police – Police Fédérale - DJSOC

Chroniqueur "Surfons tranquille" sur Classic 21 



Source : https://tropbeaupouretrevrai.be/