Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Toute présence de fumée et, a fortiori lors d’un incendie, doit être vue comme un risque potentiel d’intoxication. Afin de diminuer le risque, la ventilation est un moyen facile, rapide et efficace pour y arriver. Comment procéder ?




But de la ventilation


La ventilation consiste à apporter de l’air frais dans l’espace visé, soit par l’ouverture d’une baie, soit par une ventilation forcée comme un ventilateur. L’air frais venant de préférence de l’extérieur est supposé libre de fumée et, en se répandant dans l’espace, il dilue fortement les fumées qui y sont présentes. De manière pratique, en général, nous utilisons tous une hotte dans la cuisine afin d’évacuer les fumées vers l’extérieur, parfois en ouvrant la fenêtre pour disperser encore plus celles-ci.



Présence de fumées d’origine connue

L’utilisation d’un poêle à bois, d’un feu ouvert, d’une chaudière ou d’un insert dans une cheminée suppose un acte volontaire de produire du feu. Mais ces moyens de chauffage produisent de la fumée, qui parfois envahit nos pièces de vie : refoulement des fumées, mauvais tirage,… Dès l’apparition de ces fumées, il faut ventiler la pièce avec de l’air extérieur et remédier à la cause : fermer les portes des appareils, éteindre le feu …



Présence de fumées inconnues

En l’absence d’appareils de chauffage, d’autres causes peuvent être à l’origine de fumées. Les plats cuisinés laissés trop longtemps ou sur un feu trop fort génèrent beaucoup de fumée, c’est un cas souvent vécu. Une hotte dans une cuisine a donc de bonnes raisons d’exister.

Par contre, lors d’un incendie, le système de la hotte est impossible à mettre en œuvre. Pour l’évacuation, on privilégie l’aération des voies verticales d’évacuation en créant une baie au-dessus de la cage d’escaliers (l’exutoire de fumée). Via la porte d’entrée ouverte, cette ouverture au sommet provoque un effet cheminée où la convection naturelle apportera de l’air frais dans tout l’espace, y créant ainsi une atmosphère protégée propice à l’évacuation des personnes. Dans un couloir ou une pièce, seule l’ouverture d’une fenêtre peut assurer une ventilation efficace.

Bien sûr, cela active la combustion mais la vie humaine est prioritaire. Par contre, la dernière personne qui quitte la pièce ou l'immeuble devra fermer les portes afin de retarder la propagation des fumées et de l'incendie aux compartiments voisins.



Fumées à l’air libre

Le vent pousse les fumées dans la direction qu’il emprunte. Sous le vent, la concentration de fumées est maximale. Le placement dos au vent en regardant l’origine de la fumée constitue une bonne protection.

Si vous êtes à l’intérieur d’un bâtiment sous le vent et soumis aux fumées de l’incendie, il vaut mieux ne pas vous exposer : restez à l’intérieur et fermez les portes, fenêtres et autres ventilations externes, le temps que le nuage se dissipe.

Si la fumée vient de l’extérieur, fermez portes et fenêtres. Si la fumée est à l’intérieur mais que l’air extérieur est clair et sain, ouvrez les fenêtres.



Le contrôle de la ventilation dans un incendie

L’apport d’air à la matière en feu attise la combustion. La ventilation, donc, pourrait être prise pour un inconvénient lors d’un incendie. C’est en partie correct mais il faut aussi relativiser. Lors de leurs interventions, les pompiers doivent contrôler l’extension du feu et donc fermer toutes les issues, mais ils doivent aussi assurer leur intervention et leur sécurité en apportant suffisamment d’air frais. Leur formation leur permet d’évaluer en continu la situation afin de contrôler ces deux paramètres : le confinement et la ventilation. Ne vous étonnez donc pas de les voir installer des ventilateurs à l’entrée de certaines portes avant de terminer l’extinction.

C’est aussi pour cela que la commande des exutoires et des ventilateurs doit être manuelle et accessible aux services de secours.



Comme seuls les services de secours maîtrisent la ventilation des locaux et des voies de fuites, ils sont les seuls à même de décider de l’évacuation ou du confinement des personnes impliquées dans un sinistre. Ce que nous verrons en détail lors du prochain article.




Jean-Paul CHARLIER
Commandant Service Incendie er



La série d'articles :

Fumées toxiques ? Qu’est-ce que cela veut dire ?   

Fumées dans une habitation : danger !   

Présence de fumées : ventilez !

Bâtiment envahi de fumées : évacuer ou se confiner ?




En savoir plus.