A A A

La violence au sein du couple ou de la famille peut être physique, mais aussi psychologique, sexuelle ou économique. Dans les moments de crise, l’agresseur ne perd pas le contrôle de lui-même mais tente plutôt de prendre le contrôle de son (sa) partenaire et bien souvent, le partenaire pardonnera finalement l’acte violent. Pourquoi ? Parce que le cycle de la violence se termine par le sentiment d’espoir de la victime que son partenaire peut changer.

La lecture de cet article est réservée aux utilisateurs de SecuNews.be Veuillez cliquez ici pour souscrire à un abonnement.