Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Sécurité: Acteurs et cadre réglementaire

Un détenteur légitime d’arme à feu peut-il librement équiper son arme de certaines pièces et accessoires ? Quels sont les accessoires qui rendent une arme à feu prohibée aux yeux de la loi ? Quand l’infraction existe-t-elle ?

Dans un , nous avons parlé d’un essai de classification des faux aveux, selon le psychologue américain Saul Kassin. Nous avons également évoqué les faux aveux volontaires, c’est-à-dire livrés de plein gré, sans aucune influence extérieure, par certains individus. Il sera question ici de deux autres types de faux aveux.

L’histoire judiciaire nous apprend que l’aveu a longtemps été considéré comme la reine des preuves et quoi qu’on en dise, à l’heure où la police scientifique développe des méthodes de recherche pointues, l’aveu reste encore un phénomène central de l’enquête. En effet, il apaise la conscience de l’enquêteur en confirmant ses soupçons, assoit la conviction du juge, rassure les media et le public.