Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Sécurité: Acteurs et cadre réglementaire

Nous en arrivons à notre dernier article sur le projet TADAM, un traitement assisté par diacétylmorphine (héroïne pharmaceutique). Les quatre articles précédents avaient trait au contexte de ce projet (voir référence), à ses objectifs, aux expériences étrangères qui lui ont servi d’exemple ainsi qu’à la méthode utilisée pour inclure et évaluer les patients.

Aux États-Unis, en application du 10e amendement de la Constitution, le système policier est déterminé par la structure politique et géographique de l’État. Les États-Unis disposent ainsi d’une structure organisationnelle policière fortement décentralisée, en principe répartie en quatre catégories : polices locales, polices des comtés, polices d’État et services fédéraux. Le système policier américain est à ce point fragmenté qu’il n’existe quasi aucune homogénéité quant aux titres, rangs, insignes, recrutement, formation et traitement.

Dans nos articles précédents, nous avons évoqué le contexte (voir référence) et les objectifs du projet TADAM, un projet de traitement assisté par diacétylmorphine (héroïne pharmaceutique), ainsi que les expériences étrangères qui nous ont servi d’exemples. Venons-en maintenant à la manière dont ce projet va comparer ce nouveau traitement avec les traitements existants par méthadone.