A A A

Comme nous l’avons signalé dans une nouvelle consacrée à l’inceste (voir référence), les enfants n’osent pas dénoncer leurs abuseurs en raison des menaces et de la pression familiale qu’ils rencontrent. On peut toutefois se demander pourquoi ce n’est qu’après 15 ou 20 ans, en moyenne, que les victimes d’inceste trouveront la force de dénoncer ce qu’elles ont subi et oseront affronter le regard du parent dont elles attendent des regrets et excuses.

La lecture de cet article est réservée aux utilisateurs de SecuNews.be Veuillez cliquez ici pour souscrire à un abonnement.