Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Bien que la situation des villes et banlieues françaises ne soit pas totalement comparable avec ce qui se passe en Belgique, une recherche (mars 2011 à janvier 2012) réalisée dans la banlieue parisienne permet de mieux comprendre le trafic de drogues dans lequel des enfants et des jeunes sont engagés, parfois dès l’école primaire ou au début du secondaire.

La lecture de cet article est réservée aux utilisateurs de SecuNews.be Veuillez cliquez ici pour souscrire à un abonnement.