Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Autre type de criminalité

La demande accrue de sinsemilla par les consommateurs de cannabis et la relocalisation d’une partie de la production de cannabis a attiré des fractions issues du crime organisé. Cette transition vers les plantations indoor, initiée par les cannabis factories aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne, potentialise des rentrées d’argent majeures pour les trafiquants.

Après avoir examiné les outils législatifs dont dispose la Belgique en matière de lutte contre le trafic et la traite des êtres humains, penchons-nous à présent sur l’approche qui a été privilégiée en Belgique et qui peut être clairement qualifiée de multidisciplinaire. La lutte contre ce type de criminalité comprend, en effet, tout à la fois la prévention, la poursuite des infractions, l’accompagnement des victimes et vise l’ensemble des acteurs.

Les consommateurs européens de cannabis, traditionnellement portés sur la résine de cannabis, manifestent un goût croissant pour l’herbe de cannabis appelée sinsemilla. Cette dernière est en effet jugée plus naturelle et de meilleure qualité que la résine marocaine. Ce faisant, le Maroc, et dans une moindre mesure l’Afghanistan, voient leur hégémonie battue en brèche dans la distribution de cannabis sur le Vieux Continent.