Sécurité routière - Conseils & Sécurité routière - Etudes | 2 Août 2017

Les seniors automobilistes

© Secunews.be

Les personnes âgées sont-elles plus souvent impliquées dans les accidents de roulage que la moyenne des automobilistes ? Représentent-elles un risque accru pour les autres usagers lorsqu’elles conduisent ? Après un premier article consacré aux seniors dans la circulation en tant qu’usagers faibles (piétons et cyclistes), nous analysons les problèmes qu’ils rencontrent en tant qu’automobilistes.


Le dossier thématique de 2015 sur les plus de 65 ans dans la circulation, publié par l’IBSR, nous apprend tout d’abord que le senior automobiliste se met surtout personnellement en danger et, dans une moindre mesure, met en danger ses propres passagers. Il ne fait courir un risque aux autres usagers (extérieurs) que de manière à peine plus élevée qu’un conducteur d’âge moyen et en tout cas beaucoup moins que les jeunes conducteurs inexpérimentés.

Mais quand on examine la gravité des accidents, on constate que le risque d’être tué ou gravement blessé est fortement accru pour les seniors.

Enfin, les statistiques montrent que les seniors sont régulièrement responsables des accidents dans lesquels ils sont impliqués. Et cela augmente avec l’âge puisque les conducteurs de plus de 75 ans sont plus souvent en tort que les conducteurs entre 65 et 75 ans, ces derniers commettant plus fréquemment la faute que la tranche des 35 à 65 ans.



Quelques facteurs explicatifs


La fragilité du corps peut bien entendu expliquer ces constatations, mais d’autres facteurs entrent en ligne de compte aussi pour le senior conducteur.

Les seniors parcourent notamment moins de kilomètres que les plus jeunes. Or, on constate un risque accru pour tous les conducteurs qui parcourent de plus courtes distances, quel que soit leur âge. On entre là dans un cercle vicieux : souvent, le senior réduit ses trajets parce qu’il se sent moins à l’aise pour conduire, il perd ainsi ses automatismes, et cela contribue également à augmenter le risque par kilomètres parcourus !

Il y a aussi bien entendu les changements liés à l’âge. La diminution de la force musculaire, de la souplesse, de la vue, de la vitesse de réaction ou encore diverses affections chroniques, peuvent toucher les seniors et influer négativement sur leur capacité de conduite.



Mécanismes de compensation


Heureusement, pour compenser ces risques accrus, les seniors sont généralement très prudents dans la circulation.

Ainsi, les seniors adaptent souvent leurs déplacements de manière à éviter les difficultés et se retrouver davantage en sécurité. Ils roulent ainsi moins la nuit, ou quand la météo est mauvaise. Ils évitent les heures de pointe. Ils tentent moins souvent de dépasser un autre usager, même un usager lent comme un cycliste. Ils se laissent aussi moins distraire par le GSM. Etc.



Recommandations


Certains seniors sous-estiment malheureusement la diminution de leur capacité à la conduite et n’adoptent pas ces méthodes de compensation, ou continuent à conduire un véhicule alors qu’ils devraient s’en abstenir définitivement. En l’absence d’un contrôle médical obligatoire dans notre pays, on ne peut que conseiller aux seniors de se tourner à intervalle régulier vers le corps médical pour évaluer leurs capacités. Leur entourage au sens large doit aussi (oser) agir auprès d’eux avant qu’il ne soit trop tard.


Pour les gestionnaires de voirie, il est bon de rappeler que les personnes âgées ont besoin d’une infrastructure claire et bien lisible. La signalisation et les marquages au sol doivent être particulièrement bien entretenus et visibles. Il faut aussi être particulièrement attentif à l’aménagement des carrefours, où, par exemple, des angles à 90% sont l’idéal pour qu’un senior puisse s’engager en meilleure sécurité.


Quant aux autres usagers, on ne peut que leur recommander de faire preuve de patience et de courtoisie en présence de conducteurs plus âgés. Après tout, au vu de l’augmentation de l’espérance de vie, nous avons tous une bonne chance de devenir un jour un conducteur grisonnant...




Commissaire Olivier Quisquater




Lire aussi: http://www.bivv.be/publications

|

« Retour à la page précédente


 

 

 

Newsletter

Je m'inscris !